From the blog

From the blog

Michael Jackson, myth of pop

DANS SON OUVRAGE MICHAEL JACKSON N’A JAMAIS EXISTÉ, AMÉLIE DALMAZZO TAPE DU POING SUR LA TABLE : L’ARTISTE SERAIT L’INCARNATION DE NOS CONFLITS INTERNES…

« Michael Jackson n’a jamais existé. Voilà un scoop digne des unes de tabloïds. C’est pourtant sous la forme d’un ouvrage méthodique et analytique qu’Amélie Dalmazzo tape du poing sur la table. Terminées les rumeurs douteuses ! Dans une version réduite (soyez rassurés) de sa thèse sur le charisme et les fans de Michael Jackson, cette docteur en Science de l’Information et de la Communication décrypte la vie artistique du roi de la pop. Le but : mettre à jour le processus de mythification dont le chanteur a été l’objet. Ou la victime ! Car de toute évidence, Michael Jackson ne serait rien sans ce que nous avons voulu faire de lui. L’analyse est convaincante, notamment dans la mise en lumière des logiques médiatiques instaurées autour du phénomène musical. Mais, et c’est déplorable, l’auteur bascule par instants dans une sorte de victimisation peu à propos.
Difficile pourtant de faire la part des choses. Parce qu’il est à la fois noir et blanc, adulte et enfant, réel et imaginaire, Michael Jackson est devenu le miroir de notre société et le réceptacle de ses plus hauts fantasmes. Mi-ange mi-diable, mi-King of pop mi Wacko Jacko, il fascine autant qu’il effraie. En cela réside la force de la mythification : l’artiste est l’incarnation de nos conflits internes. Engagé dans un processus d’identification, le public finira, selon une logique psychanalytique (merci Freud), par tuer symboliquement ce double imaginaire. Aussi, après avoir été encensé, le chanteur est-il devenu un monstre. Avec en creux une supposition beaucoup plus caustique : n’avons-nous pas réellement tué Michael Jackson ?
La question reste ouverte, même si Amélie Dalmazzo se garde de la mettre en mots. Car finalement, Michael Jackson n’a jamais existé est davantage le support d’une étude sur les rouages de la construction d’une légende. Il permet de comprendre les enjeux du star system avant d’explorer les travers et les mécanismes d’une société avide de médiatisation. Au lecteur donc de laisser ses états d’âme au vestiaire et de se concentrer sur ce qui fait l’intérêt, tant social que psychanalytique, d’un tel ouvrage. »

Laissez un commentaire